• LE GUIDE KASPRO 2024

    La Sélection des Plus Belles Tables de La Réunion

    Le guide gastronomique indépendant de La Réunion qui rassemble tous les styles de cuisine proposés sur l’île, dévoile sa huitième édition. Le GUIDE KASPRO soutient le secteur de la restauration en incitant à la fréquentation des tables sélectionnées qui réalisent un travail artisanal où le fait-maison prime.

    Le GUIDE KASPRO 2024, La Huitième Édition

    Le célèbre guide gastronomique de La Réunion lève le voile sur sa huitième édition. En toute indépendance, le GUIDE KASPRO sélectionne des tables de l’île, tout style confondu, et valorise ainsi la diversité et l’excellence de la gastronomie réunionnaise. Il récompense à présent 6 professionnels de la restauration en leur attribuant un trophée.

    Le GUIDE KASPRO 2024, c’est 178 tables sélectionnées avec 14 nouvelles adresses ! Parmi la sélection 2024 du GUIDE KASPRO : 92 tables sont vanillées avec 9 tables 3-Vanilles, 31 tables 2-Vanilles et 52 tables 1-Vanille 44 adresses Budget Malin avec des plats à inférieur ou = à 13 € ou des formules à moins de 21 €.

    Un carnet gourmet de plus de 170 bonnes adresses d’artisans de bouche, de cavistes, d’épiceries fines classées par ville.

    Une sélection de tables insolites.

    Le GUIDE KASPRO 2024 est disponible sur l’île de La Réunion
    dans toutes les librairies, Fnac, Espaces Culturels Leclerc… et par e-mail à : guidekaspro@gmail.com

    19,95 €/230 pages

  • LA GASTRONOMIE PAYS CONTRE LE CORONAVIRUS #39: Glenn Dané des restaurants Sauvage Plage à Saint-Gilles et Villa Sauvage à Saint-Pierre

    Glenn Dale au service…quand les restaurants étaient ouverts.

    Glenn Dané est l’un des associés des restaurants Sauvage Plage à Saint-Gilles et Villa Sauvage à Saint-Pierre qui emploient au total 60 salariés mis au chômage partiel depuis le 15 mars 2020. Le jeune trentenaire profite de ce temps mort pour civiliser des travaux à Sauvage Plage et prône davantage, durant ce confinement et pour l’avenir, une consommation de produits locaux.

    Comment vivez-vous la situation ?

    Outre le coup dur de devoir tout mettre à l’arrêt, c’est l’incertitude sur la reprise et sur le long terme qui est la plus angoissante. La peur de ne pas retrouver la convivialité de notre métier, la crainte de retrouver notre trésorerie à sec et donc d’avoir travaillé pour rien les années précédentes, l’appréhension d’une reprise trop molle qui nous obligerait à faire des licenciements économiques coûteux, et encore combien de mois de travail sans bénéfice pour justifier de tels licenciements ?

    Je tiens tout de même à saluer les efforts de l’État pour le chômage partiel et leur volonté de sauvegarder notre métier qui fait la fierté de la France. Dans d’autres pays, tout le monde se serait retrouvé au chômage tout court, et sûrement pas à 70 % de son salaire.

    Quel a été le menu d’hier soir ?

    Velouté de patate douce, œuf poché, salade de choux rouge et tomate ancienne à la sauce Tamari.

    C’est vous qui cuisinez à la maison ?

    Non, ma femme, désolé…

    Quelles activités le confinement vous permet-il de faire ?

    Nous réaménageons le restaurant de Saint Gilles pour offrir plus de confort de travail à nos équipes.Et à la maison, c’est jardinage, bricolage, sport, et m’occuper de ma petite fille de 1 an. Je travaille autant qu’avant le confinement en fait, mais je n’ai pas le droit au chômage partiel… 

    Avez-vous mis des choses en place dans votre établissement ?

    Non car si nous faisons de l’emporter, il y a de forte chance pour que nous ne puissions plus être éligibles aux mêmes aides si le confinement se prolonge. Le gouvernement n’est pas encore assez clair sur ce point et nous ne voulons pas prendre ce risque.

    Un message à passer aux Réunionnais durant ces moments difficiles ?

    Consommez local et de qualité, évitez tout produit alimentaire importé. Allez voir les poissonniers, les maraîchers bio, regardez les provenances dans les supermarchés. Et n’oubliez pas de venir nous voir dès que possible…

  • LA GASTRONOMIE PAYS CONTRE LE CORONAVIRUS #37: Fred Mallet du restaurant Le Zat à Saint-Leu

    Fred Mallet est aussi artiste, preuve avec son portrait en kaléidoscope !

    Fred Mallet est le propriétaire du célèbre restaurant de plage Le Zat à Saint-Leu qui emploie 15 salariés. L’établissement est complètement à l’arrêt depuis le confinement. Le patron artiste est partagé entre résignation et patience…

    Comment vivez-vous la situation ?

    Comme une situation de découverte surréaliste, on apprend que l’on ne peut rien contrôler…

    Quel a été le menu d’hier soir ?

    Du thon mi-cuit avec des légumes à la plancha.

    C’est vous qui cuisinez à la maison ?

    Je cuisine davantage en ce moment.

    Quelles activités le confinement vous permet-il de faire ?

    Vélo, je cours, je marche, je fais faire des travaux au Zat !

    Un message à passer aux Réunionnais durant ces moments difficiles ?

    Restons patients…

  • La gastronomie pays contre le coronavirus # 6: Anne-Laure Assoune du restaurant Le Velli à Saint-André

    Anne-Laure et sa fille en mode cuisine

    Anne-Laure Assoune, 30 ans, tient avec sa maman, le restaurant Le Velli à Champ-Borne Saint-André, 1-Vanille au Guide Kaspro 2020. Depuis le début de la crise, Anne-Laure fait face à la situation en multipliant les actions tout en prenant soin d’elle et de ses proches.

    Comment vivez-vous la situation ?

    Tout a commencé avec de l’angoisse, depuis l’annonce du premier cas de Covid-19 à La Réunion le mercredi 11 mars 2020. J’ai tout de suite réalisé que dans la restauration, nous serions très exposés et qu’il y aurait un risque très élevé d’attraper ce virus. En effet, nous étions déjà informés de ce qu’il se passait en Chine et en Italie. Rien de positif… Je venais travailler la boule au ventre avec ma fille et ma mère.

    Autour de nous, les gens n’étaient pas vraiment préoccupés, ni inquiétés. On tenta de me rassurer en vain, « ce n’est apparemment qu’une vilaine grippe, il ne faut pas céder à la psychose… ».

    J’étais paniquée à l’idée que quelqu’un soit contaminé, j’avais peur de serrer les mains, de faire la bise… quand quelqu’un toussait, on était devenus parano et on avait bien raison de l’être.

    Lorsque le Président a annoncé la fermeture de tous les établissements Cafés, Hôtels Restaurants le samedi 14 mars, nous étions prêts à fermer au plus vite pour la sécurité de tous. Nous sommes responsables de la santé de nos employés, de nos clients et indirectement de leur famille.

    Je milite contre la propagation du covid 19 à La Réunion chaque jour. J’ai créé un groupe de partage covid-19 974, depuis le 16 mars, date de l’annonce de notre fermeture.

    Depuis le confinement, je prends vraiment plaisir à me réveiller chaque matin en bonne santé et regarder ma fille dormir. Je ne suis plus pressée de vivre, je vis au jour le jour, tranquillement avec les gens que j’aime le plus au monde.

    Maman vit tout près de chez moi, tout va bien mais je ne suis tout de même pas rassurée ! En effet, mes trois frères continuent à bosser dont l’un a l’aéroport ; je suis très inquiète pour eux, les belles sœurs et les enfants.

    Nous sommes en guerre, sans arme, et l’ennemi est invisible et destructeur.

    Quel a été le menu d’hier soir ?

    Pizza maison avec l’aide précieuse de ma Fifille pour la préparation. D’ailleurs, je partage les recettes avec les abonnés du restaurant chaque jour. Une manière de partager un peu de soleil dans un monde sombre en ce moment. Mon chéri rigole, il me dit que mon travail me manque trop parce que je fais un menu à la maison depuis le confinement ! Oui, mon travail me manque, les clients aussi !! De voir mon équipe, mes collaborateurs au quotidien. De bonnes personnes… je pense fort à eux.

    Pizza maison au menu chez Anne-Laure

    C’est vous qui cuisinez à la maison ?

    Depuis le confinement, c’est moi mais c’est nouveau ! J’ai la chance d’avoir un mari formidable qui adore cuisiner et en plus c’est très bon !

    Quelles activités le confinement vous permet-il de faire ?

    Plein d’activités, nous avons un programme bien chargé. C’était déjà l’école à la maison ; avec ma fille, on jouait déjà à la maîtresse 2 fois par jour mais maintenant c’est toute la journée, chapeau bas aux institutrices et instituteurs, c’est épuisant ! Loisirs créatifs, peinture, pâte à modeler, découpage, collage, Danse, chants, films.

    Il est aussi important de prendre soin de soi pour bien prendre soin des autres alors on prend le temps : sport, massage, soins, éveil spirituel, prières.

    Et l’activité principale, comme beaucoup, je pense : la cuisine ! On se demande bien tous les midis et tous les soirs : qu’est-ce qu’on mange ?

    Quel sera le plat que vous aurez envie de cuisiner dès votre retour aux fourneaux ?

    On en a discuté avec maman et on est d’accord ! Notre envie serait d’aligner plein de filets de poisson frais sur la plancha et de préparer nos petits légumes en purée, jardinières… et une bonne sauce combava, bon appétit !

    Un message à passer aux Réunionnais durant ces moments difficiles ?

    Tienbo largue pas. On est nous aussi scandalisé par la situation sanitaire. Sentiment d’impuissance, soyons intelligents, restons calmes et confinés dans le seul but de limiter les pertes humaines, stopper ce virus, soigner les malades. Soulager et aider nos soignants et travailleurs de la nation qui sont au front dans une guerre, sans arme… Big up zot toute.

    Malheureusement attendre que ça passe, nous relèverons la tête. Pour l’instant reste zot kaz !

  • Una storia importante !

    L’histoire de Charles et Martine, les patrons de La Bella Storia à Sainte-Clotilde, est une… belle histoire !

    Martine et Charles de La Bella Storia à Sainte Clotilde @TK

    Cet ancien chauffeur routier reconverti en pizzaiolo, épaulé de son être aimé, a réussi son pari en ouvrant il y a un an et demi sur le bord d’un axe de circulation très passant entre une station-service et un snack, à proximité du Technopole, route de la Rivière des Pluies. Ce n’était pas gagné sur le papier mais aujourd’hui, midi comme soir, le lieu ne désemplit pas.

    Un endroit sympa, soigné et bien tenu @TK

    La recette de ce succès ? Un lieu sympa, lumineux, bien tenu ; un accueil et un service charmants ; et surtout des pizzas et des pâtes qui envoient du bois. Pas encore depuis le feu, mais ça va venir ! Formé par le maestro et le champion du monde de la pizza à La Réunion, Thierry Gourreau, Charles ne lésine pas sur les moyens pour faire une bonne pizza avec des farines de qualité, une fermentation et maturation longues (3/4 jours), un étalement manuel et des garnitures de qualité provenant de la Grande Botte ! Tomates San Marzano DOP, mozzarella di Bufflala, grana padano, scamorza, spianata calabreze, bresaola IGP sont des produits bien sourcés qui font la différence sur des pizzes classiques comme gourmets (12,90/15,90 €) ! Vins et bières artisanales italiennes de rigueur !

    La diavola de Charles @TK
    La ricordo della scozia à base d’un gravelax de saumon frais label rouge @TK

    Les pastas (13,90/14,90 €) sont dans la même veine que les pizzes tout comme les délicieux desserts (6,90 €) classiques d’Italie, préparés par Martine dont cet excellent et délicat tiramisu au goût de café et de cacao bien distillé avec mascarpone et une crème de noisette !

    Le délicieux tiramisu de Martine @TK

    Contrairement à Aldo Maccione, le couple de patrons de La Bella Storia ne roule pas des mécaniques mais respecte leurs clients tant dans le service que dans les assiettes proposées. Une adresse qu’on se confie de bouche à oreille. Vous comprendrez aisément qu’il faut donc réserver pour passer un beau roman, une belle histoire à La Bella Storia !

  • Pas de commérages au Bocage !

    Voilà quelques mois que l’adresse située à proximité des installations sportives de Sainte-Suzanne, dans cet espace vert que les pique-niqueurs apprécient, a ouvert ses portes. Il faut toujours quelque temps à un restaurant pour trouver ses marques, apprivoiser son nouvel outil de travail et solidifier les bases de son personnel. Le Bocage a donc passé ce cap du démarrage en venant combler le vide gastronomique dont souffrait Sainte-Suzanne.

    Le Bocage, bâti de pierre et de bois, possède ce charme bucolique avec une eau qui coule à vue et une construction où le clin d’œil à l’architecture traditionnelle créole est présent. Différents espaces, intérieurs et extérieurs, permettent d’accueillir une centaine personnes dans un espace lumineux et bien vivant à l’heure du service.

    Un des espaces où s’attabler au Bocage @TK

    À table, c’est à l’ardoise qu’on choisit des plats « contemporains » comme des plats traditionnels réunionnais nommés « Nout Marmite ». L’offre d’une quinzaine de propositions est à taille humaine et assure la fraîcheur des produits. L’établissement s’approvisionne chez des artisans et producteurs locaux de qualité, et des environs. Aux beaux fourneaux siglés Charvet, le jeune chef réunionnais Ludovic Bardeur, passé notamment au Palm, Domaine Moka et le Bar à Huîtres Lebon, est épaulé depuis peu par le chef Wilfrid Pavadé. Ce dernier, transfuge récent du restaurant Le Carré à Saint-Denis qu’il a fait briller à la belle époque, est venu renforcer en superviseur l’équipe en cuisine du Bocage.

    Le duo de chefs Wilfrid Pavadé et Ludovic Bardeur @TK

    Les plats contemporains servis au Bocage ont belle allure avec des assiettes généreuses qui respirent la fraîcheur, avec une belle palette de couleurs et de saveurs comme avec ce pavé de marlin mi-cuit (24 €) avec fèves, carottes al dente, morceaux de citrouille et une intense et crémeuse purée vanillée à la patate douce, enrobée d’une succulente sauce au massalé, infusée au kaloupilé. Ce surprenant méli-mélo de produits et d’épices offre un beau voyage au palais, très bon ! Dans les autres propositions contemporaines originales, on trouvera par exemple une poêlée de zourite déglacé au vinaigre balsamique (17 €) ou encore une pièce de porc laqué à l’orange (22 €).

    Pavé mi-cuit de marlin, sauce massalé, infusée au kaloupilé @TK
    Poêlée de zourite déglacé au vinaigre balsamique @TK

    Dans « Nout Marmite », les saucisses pétées (13 €), assez rares au restaurant, provenant du charcutier communal Alagama, sont servies dignement dans des mini-marmites avec riz, grains, brèdes, rougail et piment la pâte. Le massalé, Est de l’île oblige, est en fête dans les propositions traditionnelles avec un massalé cabri (25 €) ou encore un massalé la corée (14 €). Un trio de guêpes (35 €) est aussi ardoisé.

    Saucisses pétées, riz, grains, brèdes et rougail !@TK

    Pour les desserts, des classiques sont proposés avec ce jour-là, également un gourmand pain perdu avec une compotée de banane flambée et glace vanille (9€).

    Pain perdu, compotée de banane flambée, glace vanille @TK

    Voilà donc une adresse sérieuse avec un service dynamique qui mérite une halte aux portes de l’Est de La Réunion qui sent bon la vanille, c’est donc un Bocage sans commérages !

  • Le charme gourmet du Blue Margouillat à Saint-Leu

    Cette table de charme, élégante et prestigieuse -3 Vanilles au GUIDE KASPRO- est de celles qu’on se réserve pour des moments exceptionnels, familiaux. Autour de la piscine ou sous la varangue de la bâtisse coloniale, la magie de se retrouver attablés dans ce cocon gourmet à la nuit tombée opère toujours. L’adresse de l’hôtel-5 étoiles de Saint-Leu fêtera bientôt ses deux ans d’adhésion au très sélect et convoité label Relais & Châteaux. Le Blue Margouillat est tout de même le seul établissement d’un département d’Outre-Mer français à posséder cette distinction ! Une adresse cotée qui ne désemplit guère la semaine comme le week-end. Ce succès discret et intime que cultive cette grande table tropicale de La Réunion est dans l’ADN de cette maison impeccablement tenue, aux petits soins, où le diable est dans les moindres détails. Rançon de ce succès légitime !

    Vaisselle, verrerie griffées font partie de l’expérience au Blue Margouillat @TK

    Côté mise de table, on applique au Blue Margouillat les mêmes codes des grandes tables étoilées pour vous faire vivre une expérience unique : vaisselle du céramiste français Jars, verrerie autrichienne haut de gamme signée Zalto jusqu’aux couteaux griffés Blue Margouillat confectionnés par l’artisan local Saxo. Les couverts ne font pas le cuisinier mais quand un plat est valorisé, sublimé dans un contenant, le plaisir des yeux prend tout son sens. Le chef Marc Chappot l’a bien compris. Discret, réservé, celui qui mène la brigade d’une dizaine de cuisiniers pour un maximum de 50 couverts, applique dans son restaurant une cuisine métissée où les produits locaux se conjuguent ou escortent de belles manières, des matières premières de qualité d’ailleurs. Les différentes saveurs et textures d’un mets se lient entre elles pour livrer au palais du relief, de la finesse, de l’émotion et du goût ! On est là sur une cuisine généreuse, chaleureuse où les bases de la cuisine traditionnelle et classique française, chère au chef Chappot, ont été transformées, réfléchies en cuisine gastronomique. C’est précisément là où le chef s’exprime le mieux, dans ses assiettes. L’arrivée récente de nouveaux collaborateurs en cuisine comme en pâtisserie apporte à l’adresse un souffle nouveau aux créations du chef sans les bousculer.

    Cubes de marlin fumé maison, salade de palmiste, noisette, condiment betterave acidulée @TK
    Dorade, risotto chouchou, émulsion jus de crustacés citron galet @TK

    Le prolongement de la main d’un chef est le service. Au Blue Margouillat, le dernier geste qui sépare la cuisine de la table est distillé par une brillante équipe au service, toute de noir vêtue. Coordination, énoncé du plat de rigueur, repasse de délicieux pains bio de Côté Pain d’Etang-Salé, le ballet est précis comme de l’horlogerie suisse où chaque serveur tient son rang et s’adapte à la table qu’il anime. La sommelière, en place depuis deux ans, veille avec talent sur une cave vivante, riche de plus 700 références aussi prestigieuses soient-elles (Petrus, Romanée-Conti, Lafite-Rothschild…) comme des vins de découverte (Les Creisses, Lapierre, Afrique du Sud).

    Caille grasse des Avirons, mousseline de bringelle patate douce, chips de pain bio aux shitakés @TK
    Croustillant de vanille bleue,carpaccio d’ananas Victoria curcuma, glace miel ananas @TK

    Dîner au Blue Margouillat est plus qu’un dîner, on y vient pour se lover dans une douce bulle éphémère, vivre une expérience au-delà de l’assiette, qui demeure pourtant le fil rouge maîtrisé de ce lieu si prisé et pourtant tellement intimiste, exclusif !

  • Le Pierre Bistrot Chic a repris des couleurs !

    L’arrivée récente du chef réunionnais Fabien Rocheville change la donne de cette coquette table du Sud qui dispose à présent d’un bel atout dans le cadre de l’hôtel 4-étoiles La Villa Delisle à Saint-Pierre.

    Le chef Fabien Rocheville au Pierre Bistrot Chic @TK

    L’ intérieur est chic, soigné avec une ambiance Jules Verne. La formule déjeuner (actuellement à 18 € au lieu de 22 €, menu complet à 32 €) renouvelée chaque jour, avec un plat et un dessert, est un beau cadeau dans cette atmosphère distinguée avec un service appliqué, souriant, nappe et serviettes en coton, belles verrerie et vaisselle comprises ! Les entrées de cette formule sont gourmandes, généreuses et savoureuses. Comme ce carpaccio d’espadon pêché au large des côtes réunionnaises par une coopérative de pêcheurs de Terre Sainte, accompagné d’une salade palmiste, sauce pickles aux saveurs de Maurice ou cet œuf (vraiment) parfait, crème de foie gras, purée de pommes de terre à l’huile de truffe.

    Oeuf parfait, purée de pommes de terre huile de truffe, sauce foie gras @TK

    Pour la suite, un choix de trois propositions pour les plats : toujours un plat végan comme ce jour un curry de lentilles corail façon dhal, riz rose indien, un poisson comme ce thazard des côtes réunionnaises, crème de curcuma frais et petits légumes et une viande : un demi-magret de canard rôti, légumes bio et savoureux gratin de pommes de terre et butternut.

    Magret de canard rôti, légumes bio @TK

    Les plat du chef Rocheville sont de très belles et réelles propositions, avec un intéressant travail autour de l’élément central de l’assiette et des garnitures qui l’escortent ainsi que les beaux jus qui lient l’ensemble.

    La carte, bien menée, mérite qu’on s’y plonge pour déguster les réalisations créolonomiques de ce chef qu’il faudra surveiller, lieutenant durant trois ans au Saint-Michel à Saint-Gilles auprès du chef de l’année 2019 du GUIDE KASPRO, Jofrane Dailly. Autre bon point du Pierre Bistrot Chic, l’hospitalité naturelle envers les végétariens, végans avec des propositions travaillées de la formule déjeuner à la carte, jusqu’au dessert avec ce ” Nuage au Géranium”, en passant par une assiette 100 % végétale avec des légumes sublimés d’Eric Lavalle. Carottes et betteraves colorées, radis, chouchous et blettes, glacés, crus, cuits, croustillants, en purée, mettent du baume au cœur en couleurs et en saveurs..

    L’assiette 100 % végétale avec les légumes d’Eric Lavalle @TK
    L’élégant et délicieux et dessert Valrhona Manjari du Pierre Bistrot Chic @TK

    Les généreux desserts de la formule du jour étaient un minestrone de fruits avec une boule de sorbet goyavier ou un moelleux (bien coulant) au chocolat accompagné d’une délicieuse glace vanille Bourbon. A la carte, un délicat et équilibré travail autour du chocolat Valrhona Manjari sous différentes textures est venu conclure ce beau déjeuner au Pierre Bistrot Chic.

  • Un samedi soir à La Fabrique !

    Une déco industrielle jusque dans la mise de table @TK

    Plaisir de retrouver ce restaurant de la rue Pasteur à Saint-Denis après un joli spectacle poétique à Champ Fleuri où les hommes et les chevaux ne faisaient qu’un (je recommande Centaures quand nous étions enfants ! encore une représentation ce mardi 15/10). La transition est toute trouvée. Peut-être que lors de ce dîner à La Fabrique, dans les cuisines du chef Jehan Colson, y avait-il des personnes formées… au Centhor ?…quand l’homme et la cuisine ne font qu’un !

    Trio de tapas : oeuf de caille wasabi, guacamole, financier chouchou aux épices de Maurice @TK

    La table de La Fabrique, 3-Vanilles au GUIDE KASPRO 2019, était vivante ce samedi soir, aucune place disponible si vous n’aviez pas réservé, à l’intérieur comme à l’extérieur ! L’adresse a étendu sa terrasse avec l’ouverture prochaine de sa tant attendue cave à manger, contiguë au restaurant. La très réussie déco industrielle colle toujours aussi bien à l’esprit du lieu, dans les moindres détails, jusqu’aux repose-couverts écrous en laiton.

    Palmiste, beurre d’agrumes @TK

    Quant à la cuisine proposée à La Fabrique, on est pourtant loin de l’industriel, plutôt sur le travail d’un artisan-cuisinier qui jongle habilement avec les produits du terroir local et des produits d’ailleurs bien sourcés. Carte et menu dégustation (52 € en 6 temps) dévoilent une cuisine colorée, épicée, et cosmopolite de ce vibrionnant chef soucieux de la provenance de ses matières premières et engagé dans le locavore par la valorisation de ses fournisseurs producteurs.

    Filet de capitaine, bisque tomate crustacés, tomate farcie, caviar Rova @TK

    Avec le temps, les assiettes de La Fabrique ont évolué, gagné en chaleur et poursuivent naturellement leur chemin ; le travail autour du végétal et des légumes est esthétiquement bien mené, et les liants, jus, sauces comme condiments, sont particulièrement réussis. On se laisse donc porter par des assiettes surprenantes, originales, élégantes aux assaisonnements pointus qui racontent une histoire, une émotion, une découverte, un souvenir… Le ballet au service est également bien orchestré, cadencé, avec sourire et professionnalisme. La carte des vins, bons comme beaux, bio comme nature mais pas que, est animée par une sommelière incarnée qui se démène avec passion pour trouver le vin qui conviendra le mieux à votre plat comme à votre goût.

    Quasi de veau, sauce foie gras, purée de fruits à pain @TK
    Fraisier revisité, coulis de goyavier @TK

    La jeune distribution de La Fabrique, sur les planches comme en coulisses, apporte, grâce à un metteur en scène créatif, fougueux et parfois incompris (tous les artistes le sont !), de la fraîcheur, de la gaîté sur la scène gastronomique dionysienne avec une cuisine d’auteur, décalée… Tiens, on se serait presque cru encore au Téat Champ Fleuri… Rideau et à table !

  • La Kaz des Saveurs ! Ouvrez vos cœurs !

    Voilà un jeune couple que nous avons suivi depuis ses débuts prometteurs en ouvrant il y a un peu moins de deux ans à Saint-Gilles-les-Hauts ! Le chef Nicolas Lépinay et sa compagne Joannie, en salle, s’étaient en effet lancés dans l’ouverture de leur propre restaurant avec beaucoup de passion et les moyens qui étaient les leurs. Bien leur en a pris puisque la cuisine créolonomique du chef passé notamment chez le chef cathodique Michel Sarran à Toulouse, à Côté Seine à La Réunion, avait conquis une clientèle gourmet toujours plus nombreuse à se presser dans un établissement malmené par le passé.

    Le chef Nicolas Lépinay et Joannie ont gardé le moral ! @TK

    Alors que tout commençait à s’éclaircir côté rentabilité à force de travail et d’économies, un incendie criminel est venu enrayer leur développement le 21 juin dernier, rendant leur outil de travail impraticable. Après quatre mois de fermeture, La Kaz des Saveurs a fait la semaine passée une ouverture partielle et discrète de sa table pouvant accueillir seulement 15 personnes. Nous étions de passage ce déjeuner chez ce couple plein d’entrain mais quelque peu dépité par leur situation précaire qu’il traverse, même si ce dernier veut rester positif.

    Serviettes et tables nappées à La Kaz des Saveurs @TK

    Velouté glacé de chouchous, espuma truffe noire @TK

    La cuisine proposée par le chef Nicolas Lépinay est toujours aussi savoureuse, goûteuse, travaillée et mérite qu’on s’intéresse de près à elle. La formule déjeuner ( 22/26 €) avec une délicieuse entrée comme ce velouté glacé de chouchous et son espuma à la truffe noire, qui est une belle introduction en matière : légère, végétale et parfumée . Côté plats, deux choix : le vivaneau, beurre aux agrumes, mousseline de patates douces, ou des morceaux d’échine de porc pays, jus réduit, écrasé de pommes de terre aux herbes. Les cuissons, les jus tout comme les assaisonnements et les garnitures sont justes, précautionneusement exécutés, rendant nobles ces produits de la cuisine quotidienne.

    Vivaneau, beurre aux agrumes, mousseline de patates douces @TK
    Échine de porc pays, jus réduit, écrasé de pommes de terre @TK
    Tartelette croustillante Valrhona Dulcey et glace vanille @TK

    En dessert, la tartelette croustillante au chocolat Valrhona Dulcey (9,50 €) est une jolie proposition sucrée et craquante, rendant la gourmandise presque obligatoire !

    La cuisine est aussi une histoire de solidarité et de cœur ! Allez rendre visite à ce jeune couple discret et travailleur pour passer un délicieux moment, ils n’en seront que touchés ! Le restaurant est à présent ouvert du mardi midi au samedi soir, excepté le déjeuner du samedi. Formules déjeuner 22/26 € ; formules dîner 32, 37, 49 €. 72 rue Joseph Hubert, 97435 Saint-Gilles-les-Hauts. Tél. 02 62 11 78 28/06 92 79 90 70