• Superbe déjeuner accords mets et vins à La Case Pitey

    Les plus belles bouteilles étaient de sortie à La Rivière Saint-Louis au restaurant La Case Pitey, 3 vanilles au GUIDE KASPRO 2019, lors de ce déjeuner de samedi, avec en grande partie, des bouteilles originaires de Bourgogne et de très grands domaines…

    Le chef Samuel Tétard avait préparé, sous sa formule « carte blanche » Omakasé, un déjeuner en 7 temps (50 euros) où les accords avec les bourgognes blancs et rouges avaient été privilégiés. Félicitations au chef pour avoir su, quasiment au pied levé et sans pourtant connaître la liste des vins dégustés, marier ses mets raffinés à ces vins d’exceptions, preuve d’une grande adaptabilité et d’une connaissance des vins.

    Les mises en bouche @TK

    Le déjeuner débuta pour se faire les papilles, par des bulles de bourgogne, blanc de blancs de chez Vitteaut-Alberti, avec trois mises en bouche, une rillette de poisson aux agrumes, une brouillade d’œuf et un velouté de chou-fleur crème fraîche ! Beaucoup de finesse dans ces « préambulles » solides !

    Le premier des 7 temps, fut un mi-cuit de foie gras à l’abricot du Roussillon, accord parfait avec le Gewürztraminer Grand Cru Mambourg 2005 de Marc Tempé, superbe amplitude et fraîcheur avec un vin encore en pleine forme avec un équilibre sucre/acidité grandiose, des arômes mentholés, d’abricot, de reine-claude, mirabelle avec une note de safran qui commence à poindre.

    Mi-cuit de foie gras à l’abricot du Roussillon, quenelle de figue @TK

    Deux saint-aubin blancs premiers crus, Pitangerets 2016 de Paul Pillot et Sur Le Sentier du Clou 2009 de Pierre Gérard, furent servis en même temps avec de superbes et rares crevettes pays dites « crevettes du volcan » avec une brunoise de betteraves chioggia et un sablé au parmesan, très beau plat coloré avec un intéressant chaud/froid ! Le 2016 fut bien droit, frais, minéral tandis que le 2009 montrait déjà une certaine évolution, un manque d’équilibre.

    Les rares et superbes crevettes pays dites crevettes du volcan @TK

    Troisième temps, toujours deux blancs, et très grands, avec un Puligny-Montrachet villages 2015 de chez Anne-Claude Leflaive et un rare Vougeot Clos du Prieuré 2015 du Domaine de La Vougeraie qui ont escorté un carrelet avec une bisque de homard bleu breton bien relevé qui a bien matché avec le côté poivre blanc qu’on a pu retrouver dans ces deux grands chardonnays de Bourgogne. Celui de la Côte de Beaune, le puligny, avait une dimension plus fine, plus droite que celui de la Côte de Nuits, avec plus de gras, un boisé plus marqué mais bien intégré ! Deux très grands vins qui en ont encore dans les mollets !

    Poisson carrelet, bisque de homard breton, œufs de poissons volants @TK

    La raviole de boudin noir à la truffe et dans son bouillon, avec un côté terreux et racinaire, fut une belle surprise gustative qui s’est accordée avec encore deux extraordinaires vins blancs, toujours de Bourgogne : un Puligny-Montrachet 1er Cru Les Pucelles 2008 de feu Anne-Claude Leflaive et un grand cru Bienvenues-Bâtard-Montrachet 2003 de Jean-Claude Bachelet. On avait là deux monstres sacrés du chardonnay, de par la réputation des domaines et par les appellations ! Une belle tenue pour le vin d’Anne-Claude marqué toutefois par des signes d’évolution et un grand cru, issu d’un millésime caniculaire, assez chaleureux, avec une belle amplitude et encore du tonus. Mais quels vins !

    Raviole de boudin noir à la truffe dans son bouillon @TK
    Les vins blancs dégustés @TK

    Petit intermède pour aviner les verres et les palais au vin rouge avec un sympathique Nuits Saint-Georges Vieilles Vignes 2012 de Philippe Gavigney.

    C’est au cinquième temps, que les grandes bouteilles de pinot noir de Bourgogne s’ouvrèrent avec un joli clin d’œil du chef Tétard et un œuf en meurette revisité selon Bernard Loiseau. Superbe plat traditionnel de Bourgogne superbement exécuté et qui n’a pas dénaturé le grand cru Clos des Lambrays goûtés sur les millésimes 2007 et 2006 ! On est là sur des monuments, des domaines iconiques de Bourgogne ! Beaucoup de finesse, de soyeux dans ces vins, le 2007 a manqué d’expression et est apparu plus atone que le 2006 qui était superbe encore de fraîcheur, de densité !

    Oeuf meurette revisité selon Bernard Loiseau @TK

    Voisin direct du Clos des Lambrays, le grand cru Clos de Tart a fait aussi partie de cette fabuleuse dégustation, avec le même millésime, 2006 ! C’est le vin qui a le plus marqué le palais des convives tant il est apparu d’un remarque équilibre, avec des tanins fins, polis, un toucher de bouche soyeux et une grande longueur ! Ce fut un très bon compagnon de table du grand cru Chapelle Chambertin 2007 du réputé Domaine Ponsot, un peu fermé mais avec une belle matière, sur la viande salers d’une tendreté incroyable avec un écrasé de pomme de terre et un trait de pesto.

    Boeuf salers, écrasé de pommes de terre, champignon de Paris, pesto @TK
    Clos des Lambrays et Clos de Tart, de très grands bourgognes ! @TK

    Petite escapade ensuite à Bordeaux avec Pavillon Rouge 2006, le second vin de Château Margaux, premier grand cru classé de Bordeaux ! Après le problème de bouchon à l’ouverture résolu, ce margaux de 19 ans, quoique marqué par quelques traces de fatigue, a tout de même dévoilé la signature des grands châteaux bordelais avec beaucoup de finesse en bouche, pas massif pour un sou, plutôt léger. Il n’a pas dénoté avec le fraisier et ses touches de fruits rouges et noirs : groseille, cassis, framboise, mûre… ce qu’on pouvait retrouver dans ce margaux.

    Très beau fraisier autour de fruits rouges et noirs @TK
    Les vins rouges de la dégustation !

    Pour finir, le café et les mignardises chocolatées ont escorté un très beau Collioure Barlande 2014 du Domaine de La Rectorie, issu principalement du cépage grenache avec du carignan, qui a dévoilé beaucoup de fraîcheur, du velouté et des notes réglisses et de fruits rouges.

    Magnifique dégustation lors de ce déjeuner à La Case Pitey où les vins furent servis et préparés par la sommelière Mélina Bègue et où la cuisine du chef Samuel Tétard a brillé par sa créativité, sa justesse, ses saveurs et sa progression tout au long de ce menu Omakasé en 7 temps.

    L’ensemble des fabuleux vins dégustés lors de cette fabuleuse dégustation à La Case Pitey ! @TK
  • André Béton

    Voilà une adresse ‘béton’ ouverte il y a quelques semaines. Il faudra monter à Bourg-Murat à La Plaines des Cafres sur les hauteurs de La Réunion, pour dégusterl’authentique cuisine traditionnelle réunionnaise concoctée au feu de bois par l’artiste André Béton. Un nom qui parlera aux amateurs d’art pays. Dans son chez soi à la manière d’un speakeasy ou d’un cabinet de curiosité créole, il reçoit sur réservation maximum 14 couverts qui peuvent s’unir ou pas, en fonction des affinités ! Au menu, des produits de la cour ou des producteurs et artisans du coin ! André Béton est à l’origine du QG non loin de là, il en connaît un wagon en cuisine et un train entier sur la vie…
    Ce midi, dans la lumière cafriplainoise, le baba figue était à l’honneur en salade, en fricassée, en gratin…un régal ! De délicieux samoussas à la citrouille mêlée d’épices ont joué l’originalité à l’apéritif avant de laisser place à un savoureux rougail morue croûté et salé, et un carry poulet de belle tenue, avec rougails piment et tomates arbustes pour titiller les sens ! Des fruits frais pays ont apporté la fraîcheur bienvenue de fin de repas. Le tout pour… 20 euros, boissons comprises ! Foncez et réservez au 0692 96 53 16 ! André et Rose sont adorables, si ça c’est pas béton…

  • Tinto

    Alors que la chaleur sévit toujours dans les Bas de La Réunion, rien de tel que de prendre de la hauteur pour apprécier la fraîcheur des Hauts…et les plats de montagnards proposés par cette aimable et sympathique adresse de La Plaine des Cafres, Le Tinto, fleur de vanille du GUIDE KASPRO 2019. Fondue savoyarde, raclette, tartiflette, crêpes gourmandes sont au programme avec une nouveauté : la fondue vigneronne ! Du filet de bœuf plongé dans du vin rouge épicé : un régal ! Servi avec un délicieux gratin dauphinois ! Ça vaut le coup de monter dans les Hauts boire un vin chaud.

  • La Cuisine de Florian

    Déjeuner à La Cuisine de Florian à Saint Leu. Table repérée l’an passé qui a fait une belle entrée dans le GUIDE KASPRO 2019 avec une vanille bien méritée ! C’est toujours aussi bon !
    Carte courte, pas de viande, trois poissons et un plat végétarien. L’endroit n’augure pas une telle qualité d’assiettes avec des plats équilibrés, végétaux, travaillés, dressés avec soin, des produits frais sublimés, des garnitures originales élaborées, des assaisonnements justes ! Le sablé breton avec un caramel au fruit de la passion vaut aussi le détour ! L’affluence du midi est aussi une bonne jauge ! Beau travail !